lundi, 20 septembre 2021|
 

"Les conditions demandées rendent impossible la retour à 90km/h de certains tronçons", Patrick Septiers

L’élu UDI à la tête du département de Seine-et-Marne explique les difficultés qu’il rencontre pour repasser 500 kilomètres de routes de son département à 90 km/h.

Le président du département est dépité après l’annonce, en juillet dernier, des conditions pour un retour à 90 km/h pour quelques portions de routes départementales, comme annoncé par le gouvernement. Au micro de France Inter, il juge ces conditions draconiennes et techniquement irréalisables.

Parmi ces conditions, l’élu en retient trois :

"La première serait de mettre en place un terre-plein central pour toutes les routes. Vous imaginez le coût puisqu’en Seine-Et-Marne, nous avons 3 000 kilomètres de routes hors agglomération."

Prolonger la lecture : France Inter du 20/08/19

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Fédération Française des Motards en Colère de Loire Atlantique
Nous avons envoyé un questionnaire (il est ici) aux principaux candidats aux législatives dans le département. François De Rugy (député sortant EELV - 1ère circonscription) a répondu au questionnaire sur son site. Sa réponse est ici. Christophe Priou (député sortant UMP - 7ème circonscription) (...)
En savoir plus »