vendredi, 17 septembre 2021|
 

Limitation à 80 km/h : histoire politique d’une mesure mal reçue

L’annonce de la limitation de la vitesse à 80 Km/h a été l’un des déclencheurs de la crise des "gilets jaunes". Un an après le début du mouvement, Pour Suite et Bruno Duvic reviennent sur cette mesure portée par le Premier ministre, Édouard Philippe. Mal perçue par beaucoup de citoyens, elle a été révélatrice d’une fracture entre un exécutif très "urbain" et une France des territoires qui s’est sentie méprisée.

Pour écouter tous les épisodes de cette série, mettez ce podcast en favori sur l’application Radio France, disponible sur iOS et Android, ou via le fil RSS

En mai dernier, un an et demi après avoir annoncé que la vitesse maximale autorisée sur les routes départementales allait passer de 90 à 80 Km/h, Édouard Philippe a esquissé une légère marche arrière, un rétro-pédalage pour une mesure qu’il a porté seul et pour laquelle il n’était pas question de fléchir.

Prolonger la lecture : Pour suite par Bruno Duvic

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
A propos de Fédération Française des Motards en Colère de Loire Atlantique
Nous avons envoyé un questionnaire (il est ici) aux principaux candidats aux législatives dans le département. François De Rugy (député sortant EELV - 1ère circonscription) a répondu au questionnaire sur son site. Sa réponse est ici. Christophe Priou (député sortant UMP - 7ème circonscription) (...)
En savoir plus »